Err

LES FORTS ET LES PURS - Roman Jeunesse - Collection Signe de Piste
Jean-Louis FONCINE
Parutions :

Ed. ALSATIA - 1951 - Coll. SIGNE DE PISTE - n°47
(première édition)
Coll. SIGNE DE PISTE
Coll. NOUVEAU SIGNE DE PISTE
Ed. FLEURUS - Coll. SIGNE DE PISTE
Editions DELAHAYE - 2018 - Collection Signe de Piste n°74

Signe de Piste - Editions Delahaye
Aujourd'hui
disponible


Résumé :

Un dimanche d'automne dans les marécages et les savanes du pays d'Ourcq...

Michel le chef d'une curieuse équipe, reçoit sur son poste émetteur-récepteur un mystérieux et inquiétant appel. Méprisant tout danger, il se rend en pleine nuit à la «cabane aux lapins», où dans la cave. au sol jonché d'ossements d'animaux, à la lumière d'un éclairage lugubre, l'attend Guy, le petit sauvage, le poignard à la main...

Michel éludera le duel. mais à travers la forêt, brouillard d'hiver et rafales de neiges, à travers grands jeux et raids, se poursuivra jusqu'au plus hauts sommets des Vosges, le drame de cette étrange inimitié entre deux garçons également farouches et fiers, que séparent certains souvenirs, certains actes...


Fiche Lecture :

Avec ce titre, Foncine rompt avec la magie des «Chroniques du Pays Perdu»: terminée la féerie bucolique du «Relais», la gouaille des «Ayacks» ou la mélancolie du «Foulard»...

Les années cinquante sont dures, cruelles, et broient les vieux idéaux: guerre froide, bloc communiste, guerre de Corée, guerre d'Indochine, effondrement de l'Empire et déchristianisation. Bref, pas de quoi rire...

Michel Menu, guerrier nietzschéen et pédagogue inspiré, invente les Raiders Scouts, pour réveiller un mouvement guetté par le roupillon et les certitudes. Foncine, un temps compagnon de route de ce condottiere sulfureux au sein de la rédaction de la revue Scout, décide alors d'écrire un roman qui évoquera, en filigrane, cette nouvelle étape du scoutisme.

A l'opposé des «Deux rubans noirs» de Pierre Labat, oeuvre hantée par la mort et le renoncement dans une Allemagne déchiquetée et mortifère, qui décrit l'activité fantasmée des Raiders, Foncine choisit de suivre des laissés-pour-compte de la pédagogie traditionnelle, des fils de prolos ou de paysans promis à une existence morne et sans intérêt et pour qui seules les activités raiders peuvent encore signifier quelque chose de désirable...

Il nous montre l'enthousiasme pour ces nouvelles techniques qui vont vite et font du bruit; les espérances, le besoin d'idéal de la jeunesse dans une France qui s'effondre, balançant entre nostalgie de Pétain et Atlantisme béat, sur fond de tiercé et d'alcoolisme...

.../...

(première partie de l'analyse d'Alain JAMOT, extraite de l'Intégrale SIGNE DE PISTE Tome 1 - 1937-1955)

Lisez la suite
dans le Tome 1
de l'INTEGRALE
SIGNE DE PISTE