Err

Matricule 512 de Jean Valbert - Signe de Piste aux Editions Delahaye

MATRICULE 512 - Roman Jeunesse - Collection Signe de Piste
Jean VALBERT
Parutions :

Ed. ALSATIA - 1958 - Coll. SIGNE DE PISTE - n°121
(première édition)
EPI Ed. -  Signe de Piste
Ed. SIGNE DE PISTE
Ed. FLEURUS - Coll. SIGNE DE PISTE

Aujourd'hui
disponible


Résumé :

Aux confins de la Haute-Saône et du Jura, dans le «Pays perdu», pays qui n'est pas inconnu des lecteurs de Signe de Piste s'installe un camp scout. Un camp presque homme tous les autres, presque seulement... car un beau matin apparaît le "Commandant" .

Le commandant Bertolles, adjoint au colonel commandant l'École Militaire préparatoire d'Auxonne, a des choses graves à vous dire... des choses graves et urgentes...» Il est exactement 15 h 59 quand le commandant termine son discours, et à 16 heures l'aventure débutera.

Une aventure à vous «foudroyer de stupeur» comme dirait le chef de la patrouille des Loups ! L'auteur des Compagnons de la Loue et d'Echec au Roi a écrit pour les lecteurs de Signe de Piste cette histoire vraie qui sent bon la bruyère, le maquis, le rocher, et aussi la vie vécue à plein cœur.


Fiche Lecture :

Jean Valbert a commis avec ce livre un classique du Signe du Piste, et Dieu sait qu'ils ne sont pas légion…

Ainsi que dans toute entreprise humaine, la flamme initiale, l'envie et l'enthousiasme se diluent trop souvent dans la routine et la tiédeur. Les fondateurs installent un univers particulier à partir de leurs envies et de leurs histoires, et leurs épigones ne font que systématiser ce qui n'était qu'intuition, sensibilité et histoire personnelle…

D'où la multitude de ces titres sans grand relief, ces personnages stéréotypés, au parcours ultra-balisé, ces personnages «à la manière de…», ces clones de Christian ou des Hirondelles, et surtout ces kyrielles de héros dépressifs, orphelins, aristocrates déchus et prédélinquants sur le chemin du repentir…

Jean Valbert échappe d'entrée à cet écueil en intitulant son volume non pas «roman», mais «récit». Et c'est bien de récit dont il s'agit, récit littéraire d'un grand jeu en pleine Franche-Comté, à Malans, au cœur même du «pays Signe de Piste», là où Foncine et Dalens possédaient maisons et souvenirs.

On y remarque d'ailleurs page69 de l'édition originale un«civil au mince visage souriant vêtu d'un chandail vert et d'une culotte de cuir visiblement importée d'outre-Rhin« qui n'est autre que l'auteur du Relais de la Chance au Roy!

Jean Valbert, aumônier scout et ancien militaire, mêle descriptions, action et finesse psychologique, sans grandiloquence ou pompiérisme, doublant l'argumentaire classique du jeu par un parcours personnel, celui de Serval, «enfant perdu sans collier» et auquel l'amitié d'un scout changera véritablement l'existence. Le tout sans prêchi-prêcha.

La langue est redoutable de précision et de fausse simplicité, nous faisant parcourir d'une traite les deux cents pages de l'œuvre, alternant séquences haletantes et scènes poignantes.Le tout demeure, près de cinquante après sa rédaction, étonnant de lisibilité.

( première partie de l'analyse d'Alain JAMOT, extraite de l'Intégrale SIGNE DE PISTE Tome 2 - 1956-1962)

Retrouvez
la suite ...