LE PRIX DES MOINS DE 25 ANS : MON AVENTURE avec SIGNE DE PISTE 1972-1984

Brigitte : tu me parles sans arrêt de SIGNE DE PISTE, un quart de ta bibliothèque est remplie de Bouquins «SIGNE DE PISTE», finalement je n'en sais pas plus que ça.

Daniel : c'est très simple : c'est une grande collection de romans pour la jeunesse, qui est née dans les années 30 et qui dans les années 70 avaient comme directeurs deux des écrivains les plus talentueux édités précisément par SIGNE DE PISTE : il s'agissait de Jean-Louis Foncine et Serge Dalens. Que j'ai réussi à rencontrer dans le début des années 70 justement…

Brigitte : Quand as-tu fait leur connaissance ?

Daniel : J'ai fait la connaissance de Foncine et Dalens en 1972, après le refus de mon premier roman. Foncine m'a revu plusieurs fois pour m'inciter à réécrire le roman, qui s'appelait à l'époque "La Légende du goéland blanc" (ce que je viens de faire seulement maintenant... 40 ans après…).

A l'époque la Collection était aux Editions ALSATIA, 17 rue Cassette 75006 Paris et déjà on parlait de «difficultés» et de changer de maison d'édition… Pourtant ALSATIA était l'éditeur «Historique» de Signe de Piste !

B : Tu peux me traduire qui était Foncine et qui était Dalens ? Parce que souvent tu me parles de Pierre et d'Yves…. Moi je m'y perds !

D : Je traduis pour les non-initiés: Pierre LAMOUREUX = Jean-Louis FONCINE et Yves de Verdilhac = Serge DALENS. L'autre Pierre, c'est Pierre JOUBERT, que précisément j'appelle souvent JOUBERT pour ne pas le confondre avec l'autre Pierre (Lamoureux).

B : Bon, ton premier roman est refusé et malgré tout tu persistes ?

D : Je me suis obstiné: à 20 ans on se croit toujours le «roi du monde» et en novembre 1972 j'ai envoyé le même manuscrit remanié (légèrement) pour le concours du Prix des Moins de 25 ans 1973.

J'avais suivi quelques conseils des deux directeurs de la Collection, mais je les trouvais condescendants, imbus d'eux-mêmes et j'étais déçu. Pour moi ces auteurs, je les voyais autrement.

B : Que représentaient-ils pour Toi  ? Et le SIGNE DE PISTE ?

D : Quand j'étais gosse, ma grand-mère nous lisait le soir dans la vieille maison familiale en Bourgogne, le Prince Eric ou la Bande des Ayacks et nous étions des fans de Signe de Piste et des jeunes héros qui nous hissaient loin de l'ordinaire, et bien sûr les auteurs Dalens et Foncine nous intriguaient.

B : Donc en 1972, te voilà confronté à tes souvenirs de jeune lecteur et la dure réalité de l'apprenti écrivain…

D : Déçu par aveuglement, je n'écoutais pas: les conseils qu'ils me donnaient étaient plus que judicieux : travailler le style, les personnages, l'intrigue, le rythme.

«Pourquoi écrivez-vous ? Pour qui ? Que voulez-vous raconter ?». me disait Foncine (à cette époque il me vouvoyait).

B : Comment as-tu surmonté ta «déception» ?

D : Un jour de décembre 1972 Jean-Louis Foncine a pris le temps de m'envoyer un texte qu'il avait rédigé dans le document qui annonçait la création du Prix des Moins de 25 ans quelques mois plus tôt. Il y avait une petite carte de visite cartonnée jointe à deux feuillets dactylographiés et souvent soulignés en rouge pour attirer mon attention. Sur la carte, il avait griffonné: «s'acharner quand on y croit c'est bon pour le moral!».

Cela m'a fait rire. Et je me suis plongé dans la lecture des feuillets que j'ai toujours:

«CONSEILS A UN JEUNE ECRIVAIN
«Ecrire ce n'est pas noircir du papier avec la préoccupation d'accumuler des péripéties «qui fassent le poids». Ce n'est même pas tenter de bâtir une histoire vraisemblable ou rocambolesque, qui puisse rivaliser avec celles que tu as pu lire ou voir au cinéma ou à la télé; c'est d'abord créer des personnages et vivre passionnément dans leurs intimités. (Il avait souligné en rouge cette phrase sur la feuille dactylographiée). C'est aussi les placer (de préférence) dans des lieux que tu connais ou que tu imagines avec force vision et où tu vois toi-même en rêve, chaque fois que tu as envie d'être heureux.
Mais rien ne t'empêche de regrouper pour es besoins de la cause lieux et personnages que tu as connu, toi, en des sites géographiques et des temps très divers. Le lecteur, lui, ne le saura jamais, sauf si tu trahis toi-même tes petits secrets de créateur…
Ces personnages, tu dois t'efforcer de les rendre d'emblée si présents qu'ils ne parviennent plus à quitter ton esprit. Quand ils commencent presque à t'empêcher de dormir ou viennent te visiter dans tes rêves, tu tiens le bon bout.
Ceci dit, adopte dès le départ, surtout si tu n'es pas sûr de toi, le style le plus simple possible. Cherche la précision. Pas de longues phrases, des mots qui fassent image et décrivent juste ce que tu veux décrire. Ne poursuis pas d'emblée l'écriture parfaite, mais plutôt la spontanéité. Si tu hésites, écris comme tu raconterais l'histoire qui te tracasse à ton meilleur copain. Par la suite tu corrigeras les «bavures». Relire permet de tout sauver…
Chaque fois que tu peux, remplace une description par un dialogue. Le dialogue aussi, c'est de l'action. Quand tu brosses un décor, souviens-toi que ce n'est qu'un décor, et qu'on attend surtout que se joue la pièce.
Quand tu tiens tes personnages et ta situation de départ, il n'est pas mauvais de jeter sur le papier toute ton intrigue. Soit d'un seul jet, soit après découpage chapitre par chapitre (découpage provisoire que tu pourras toujours modifier par la suite, c'est toi le créateur!). Mais il vient un moment où il faut se jeter à l'eau, même si tu n'as pas arrêté toutes les péripéties, ou si tu hésites sr le dénouement. Un principe de base à respecter: chaque chapitre doit faire progresser l'intrigue d'une façon ou d''une autre (fut-ce par une fausse piste créée pour les besoins du suspense). Les chapitres de remplissage sont à fuir comme la peste.
Les romans les plus difficiles à écrire sont ceux qui mettent en scène beaucoup de monde. Un récit centré autour d'un ou deux héros bien typés (à la rigueur d'une toute petite équipe si le sujet l'exige), même s'il fait apparaitre de nombreux personnages secondaires, est un choix prudent pour un débutant comme d'ailleurs pour un vieux routier….
Méfie-toi comme de la peste de digressions et des bavardages. Tu as peut-être un message à délivrer, même si c'est la défense des motocyclettes ou des cheveux longs, mais c'est par le comportement du héros que le message doit passer. Le roman est une chose, l'essai sur le discours politique une autre chose.
Et maintenant, dis-toi que si l'entreprise t'apparait come une corvée, il est préférable que tu ailes pêcher à la ligne. Si par contre elle te plait, mets-toi à ton aise et écris chaque fois que tu en auras envie. Fût-ce dans un hamac ou une planche en travers de ta baignoire, (c'est ainsi, paraît-il, que le citoyen Marat a composé ses meilleurs écrits!) Tout le monde n'est pas Voltaire ou Rousseau, et tu auras tout le temps d'acheter plus tard ton habit d'académicien».
Jean-Louis Foncine.

En 1976, lors de l'élaboration de la Fusée, l'Album Recueil du NSDP, je l'ai convaincu de remettre ce texte. Celles et ceux qui ont conservé la Fusée 76 peuvent retrouver ce texte intégralement.

B : Tu as vraiment lu et suivi ses conseils ?

D : Oui j'ai lu attentivement ces feuillets mais je venais de finir la dactylographie de mon roman, épreuve colossale avec une petite machine à écrire portable, cadeau de ma grand-mère et je n'avais pas le courage de tout reprendre… Et puis c'était trop tard le paquet était parti avec les deux exemplaires pour le SIGNE DE PISTE (à l'époque chez ALSATIA Editions)…

B : L'attente a dû être longue ?

D : Une demi-année ! Et puis six mois plus tard, le 5 juillet 1973, je reçois une lettre à l'en-tête des Editions ALSATIA, signée par Serge Dalens et le Président du Jury du Prix des moins de 25 ans à l'époque Jean-Paul Roughol.

J'apprends que mon manuscrit "La Légende du Goéland blanc" est refusé et c'est Robert Alexandre qui a reçu le Prix des moins de 25 ans pour "Le Survivant". Prix mérité !

Malgré tout cette lettre m'encourage: «l'amour et le travail ne sont jamais perdus» …. M'écrivent-ils… en me demandant de participer au concours 1974. Ce que j'ai décidé de faire. Pour le Prix du Meilleur Synopsis.

B : tu as lu «LE SURVIVANT»?

D : Bien sûr ! Pour moi, dans les nouveautés du SIGNE DE PISTE de cette époque, c'était et aujourd'hui encore, c'est le meilleur.

B : Donc tu continues ?

D : Sans abandonner "La Légende du Goéland blanc", j'ai préféré suivre une autre... piste, à l'intérieur même de mon premier roman, celle des Vikings qui vont vivre dans Ciel des Sables une belle aventure sur l'océan. J'ai envoyé le synopsis à SIGNE DE PISTE, j'ai obtenu le Prix du Meilleur Synopsis précisément pour "Ciel des Sables" en 1974, le synopsis s'appelait "Tête de fer" à l'époque. Et puis je suis vraiment entré dans le cénacle.

Encouragé par ce Prix, je poursuivais l'écriture du roman, abandonnant le tout premier texte… que je gardais néanmoins sous le coude.

B : qu'appelles-tu le «cénacle» ?

D : Eh bien les «pontes» du SIGNE DE PISTE ! En 1974, lors de la remise du Prix des Moins de 25 ans et celle du Meilleur Synopsis, j'ai fait la connaissance de Robert Alexandre, de Pierre Joubert, j'ai revu Dalens, Foncine.

B: Où et comment se déroulait la remise des Prix, celui des moins de 25 ans et celui du synopsis?

D : La remise des Prix avait lieu 10 rue de Parme à Paris 9ème, au restaurant le Bandol. Dalens et Foncine présidaient la cérémonie qui n'avait rien de protocolaire : la réunion ressemblait à une rencontre annuelle d'amis unis par l'amour porté à la littérature pour la Jeunesse et en l'occurrence par le culte voué au Signe de Piste. Mais un culte débonnaire, affectueux et tendre.
Si les grands anciens étaient nombreux, la moyenne d'âge tombait vite avec la présence des membres du Jury et des lauréats.

B : Qui a obtenu le Prix des moins de 25 ans en 1974?

D : C'est la Clermontoise Hélène Montardre, avec "Les Garçons sous la Lande". Un livre magnifique rempli de poésie. Une histoire terrible et belle qui se passe sous la Révolution Française. A cette époque la collection s'appelait «SAFARI SIGNE DE PISTE».

B : Comment se déroulait la remise des Prix ?

D : Un toast joyeux proclamait les résultats et nous recevions nos chèques: 1000 FF pour le Prix du Meilleur synopsis et 5000 FF à valoir dur les droits d'auteur pour le Prix des moins de 25 ans. Mais l'argent ne comptait pas: ce qui importait, c'était d'une part de faire connaissance avec des auteurs qui nous faisaient rêver depuis l'enfance ou l'adolescence et d'autre part, on vous offrait sur un plateau la possibilité d'intégrer une équipe formidable, pour être publié et aussi donner un peu de don temps à l'Association des Amis du Signe de Piste (si on le voulait!) fondée juste après par Foncine et Dalens.

B : Comment vivais-tu à l'époque ?

D : A cette époque, j'habitais Paris rue Lecourbe dans le 14° dans le même immeuble qu'Alain Gout. Et nous étions souvent ensemble avec Pierre surtout et aussi Yves Gourlier, Jean Valbert, Jean-François Pays qui produisait son film "Hier la Liberté" (écrit en collaboration avec Jean-Louis FONCINE). Joubert ne venait qu'aux grandes occasions (Prix des moins de 25 ans...).

B : tu étais étudiant ?

D : oui, étudiant et pion dans un petit lycée dans la banlieue de Meaux… Je travaillais trois fois : pour mon boulot de surveillant, le soir et la nuit, j'étais maître d'internat, la journée pour la fac de Droit et celle d'Histoire et dès que je pouvais, mes temps libres pour écrire, dans le train Meaux-Paris, le week-end…

B : quand as-tu achevé le roman échafaudé dans le synopsis ?

D : C'est en 1975 que j'achevais la rédaction de "Ciel des sables" et je l'envoyais au Jury, non pas aux Editions ALSATIA 17, rue Cassette dan le 6°, mais aux Editions de l'EPI rue de Babylone. Eh oui la Collection SIGNE DE PISTE avait trouvé une autre maison d'édition. Et c'est à cette époque qu'on commencé à sortir les NOUVEAUX SIGNES DE PISTE. La collection s'est entièrement «relookée».

B : tu suivais ça de près ?

D : Non, mais je voyais bien l'évolution et le combat de Dalens et Foncine pour défendre l'existence de la Collection SIGNE DE PISTE. Et après quelques mois d'attente, le verdict est tombé :

«Le 23 avril 1976,
«Cher Daniel,
«Nous avons le plaisir de t'informer que le Jury t'a attribué le Prix des moins de 25 ans pour ton manuscrit «CIEL DES SABLES».Nous aurons le plaisir de te le remettre au cours du dîner qui réunira la 11 juin prochain les lauréats et le Jury au restaurant «LE BANDOL», 10 rue de Parme, Paris 9°.
«Bien entendu, ceci doit demeurer confidentiel jusqu'à la proclamation officielle. Nous t'adressons à l'avance nos félicitations, et te pions de croire, cher Daniel, à nos sentiments les meilleurs».
«Signé: Gilles DELACOUR Président et Delphine ROUGHOL Secrétaire.».

En ce printemps 1976 (l'année de la Sécheresse, il faisait beau et chaud tous les jours…) je terminais mes deux maîtrises d'Histoire et de Droit à l'université PARIS I-PANTHEON-SORBONNE et j'ai reçu cette lettre alors que les examens approchaient avec deux soutenances à conduire… Je crois que boosté par cette annonce mes professeurs ne m'ont pas reconnu au moment des épreuves… que j'ai remportées brillamment.
Et la cerise sur le gâteau, ce fut la fiesta au «BANDOL»: Cette année là, il y avait bien sûr Dalens, Foncine, Jean Valbert, Michel Gourlier, Alain Gout, mais aussi Dominique Mauriès lauréat du Meilleur Synopsis pour "Engoulevent", Hélène Montardre, Robert Alexandre et bien sûr Gilles Delacour, Président du Jury et Delphine Roughol. Fait exceptionnel, Pierre Joubert était là et avec une grande émotion m'a dédicacé mon bouquin illustré par lui…
Il n'y avait pas de place pour les salamalecs au cours de ce repas : c'était plus que convivial, c'était fraternel, souriant et je dirai même que l'on riait aux éclats aux bonnes blagues de Pierre Lamoureux (Jean-Louis Foncine).
Soyons complet : non seulement le repas était succulent, mais le meilleur coup de fourchette, c'étaient les Anciens qui l'avaient…

B : Pourquoi tu n'as pas gardé le nom de Rousseau et pris celui de «Valiant» ?

D : J'étais à la Fac, en pleine année de Maîtrise et il n'était pas bien vu de se disperser. C'est pourquoi j'ai choisi un pseudonyme pour prévenir tout risque de conflit avec mes professeurs. Un seul était dans la confidence : Michel Serres, mon professeur d'Histoire des Sciences et des Techniques. Lui il m'encourageait.

B : Pourquoi «Valiant»?

D : Pour la petite histoire, lorsque j'avais 10/12 ans (et même plus tard) j'étais un fan de la lecture des aventures de «Prince Valiant» (en français «Prince Vaillant») le héros BD de Hal Foster. J'ai donc choisi mon nom de plume en hommage à ces lectures de jeunesse.

B : Que s'est-il passé ? Comment nait un nouveau livre ?

D : En ce mois de Juin1976, le roman était déjà imprimé et allait sortir en librairie. En effet, dès l'annonce du Prix, en février 76, Dalens et Foncine m'ont «convoqué» pour me «remettre» au travail afin de préparer une correction du manuscrit pour l'imprimerie… Il ne fallait pas traîner !

B : tu as bossé seul ?

D : Je dois être franc: Les deux directeurs de la collection SIGNE DE PISTE m'ont épaulé et accompagné. Dalens a passé le manuscrit au crible pour traquer toutes les coquilles (on ne va dire «fautes d'orthographe» en dactylographie…), Foncine a recalibré les paragraphes. Et là j'ai pris une bonne leçon d'humilité: relire, sans cesse relire pour rendre un ouvrage quasi parfait. Et puis il a fallu évoquer le travail sur les illustrations. La coutume était d'envoyer le manuscrit chez Joubert et d'attendre le résultat…

B : c'est ce que tu as fait ?

D : Eh non… Alors j'ai posé à Foncine la question taboue : «- Est-il possible de travailler avec Pierre Joubert ?
«- En direct ?
«- Ben oui…
Foncine esquissa une moue désapprobatrice puis finalement me donna adresse et téléphone du Maître.
A ma grande surprise, dès le premier coup de fil, fin avril 1976, Joubert me fila un rancart en me disant «avec grand plaisir !».
Alors voilà, en avril et mai 1976, je suis allé rencontrer Joubert quatre ou cinq fois.

B : Comment cela se passait ? Il avait un atelier, il venait à la maison d'édition ?

D : Non, son atelier, c'était chez lui: Joubert, j'allais le voir chez lui à Meudon, rue de l'observatoire, car toutes les illustrations de "Ciel des sables" puis de "La Caverne du temps" ont été faites une par une en collaboration à partir de mes croquis (et le texte...). Donc je l'ai vu une dizaine de fois en deux ans de 1975 à 1977 pour qu'on se mette d'accord... J'étais étudiant en Droit et en Histoire à la Sorbonne et l'un de mes profs était Michel Serres en histoire des Sciences et des Techniques.... J'apportais à Joubert des tas de docs sur les Vikings, les drakkars (il en avait d'ailleurs plus que moi.... Mais gentiment il acceptait ce que je lui apportais) et on discutait des heures sur la construction "à clin" de ces bateaux, sur les costumes, le panthéon Odinique, la vie quotidienne.... Madame Joubert "me foutait" gentiment dehors à point d'heure après un bon café....

B : Donc tu as vu le résultat de son travail avant tout le monde ?

D : Joubert travaillait vite, à cause des contraintes de l'imprimeur. Puis un jour je me suis pointé et il m'a montré la gouache de "Ciel des sables" censée faire la Une de couverture. Et là, j'en suis resté muet. Je voyais mes personnages comme en chair et en os. Je ne savais quoi lui dire. Mais lui souriait doucement, comme un véritable artiste sûr de son art mais pas imbu de lui-même : «J'ai aimé donner un visage à Cédric et à Inwild. Tu les voyais comme ça ?
«Maintenant je les vois, comme s'ils étaient vivants. Merci !
«Tu peux te remercier aussi, sans toi, ils n'existeraient pas non plus !

B : Et le jury, tu connaissais les membres ? Car tu as deux prix, le Meilleur Synopsis en 1974 et le Prix des moins de 25 ans en 1976…

D : sur le fonctionnement du jury, je ne peux rien dire, car les jeunes qui composaient de Jury étaient censés ne pas connaître les candidats, ce qui parait de bon sens… Mais il est vrai que je suis un peu un cas à part, dans le sens ou grâce au Prix du Meilleur synopsis j'ai pu les rencontrer! Je garde de Gilles Delacour l'image d'un jeune homme souriant, chaleureux, sympathique, très intelligent et très fin critique. Puis j'ai rencontré Delphine Roughol à plusieurs reprises, une jeune femme toujours très positive, d'une bonne humeur communicative, très attachée au SIGNE DE PISTE, à l'esprit d'amitié, d'aventure, une passionnée de lecture; il y a énormément de filles qui lisent les romans du SIGNE DE PISTE, et à l'époque elle les symbolisait très bien.

B : Tu voyais souvent Foncine et Dalens ? Tu étais un «bleu» pour eux !

D : Les relations étaient excellentes. De nombreuses réunions avaient lieu chez Pierre à Paris (plus facile de se voir qu'à Saint Cloud chez Yves). C'était aussi l'époque de la guerre civile au Liban que nous suivions de très près avec Pierre et ses enfants.
Comme je suis Bourguignon (aussi entre autres), nous nous retrouvions dans mon village à Bligny sur Ouche (21) avant que Pierre et ou Yves (venant de Paris) ne prennent la route de Malans qui est à 3/4 d'heure de route de chez moi.
Nous nous retrouvions au restaurant «Les Trois Faisans», car Pierre et Yves ne pouvaient poursuivre la route sans avoir pris un bon repas… J'avoue que j'avais parfois du mal à suivre…

B : Il y a eu des dédicaces à Dijon ?

D : Oui, Robert Alexandre, Gilles Delacour, Hélène Montardre sont venus à Dijon. Nous avons reçu un public chaleureux à la Librairie Damidot. Nous avons même failli arriver en retard…

B : Ah bon ? Et pourquoi ?

D : Ma tante avait invité toute l'équipe pour un plantureux couscous à la mode tunisienne. Et le repas était tellement bon que nous avons oublié l'heure… Mais c'est Gilles Delacour qui nous a rappelé à l'ordre en nous répétant que les jeunes lecteurs de SIGNE DE PISTE ne pouvaient pas attendre. Et de fait nous avons eu beaucoup de monde. FR3 Bourgogne était là, le Bien Public, les Dépêches… Les journalistes ont dû laisser passer les lecteurs qui attendaient pour faire dédicacer leurs livres!

B : donc une journée mémorable !

D : d'autant plus mémorable que Jean-François Bazin, Premier adjoint au Maire de Dijon, futur président de la Région Bourgogne, auteur de "La Bible de Chambertin" (un Mik Fondal), de "L'Abbaye des effraies"» est venu nous rejoindre! Alors là je ne te dis pas la cohue dans la librairie et dans la rue !!!

B : Et le Pays Perdu, tu y es allé ?

D : Tu veux parler de Malans? Il y a eu à Malans des réunions hyper sympas. J'y allais souvent l'été, avec des amis de mon village et son était hébergé à la va comme je te pousse, parfois dans les granges ! Dalens et Foncine étaient presque voisins! Un soir, alors que j'étais avec un ami hébergé chez Foncine, nous allons chez Serge Dalens, sans prévenir. Une bande de scouts était de passage et avec eux nous étions tout d'un coup vingt personnes affamées ! Serge Dalens a vite trouvé la solution : deux gigantesques marmites, quelques kilos de pâtes, une sauce tomate et du Comté (du vrai comme là-bas!) et hop nous nous sommes retrouvés 20 convives autour d'une table improvisée immense, riant et chantant jusqu'à minuit. C'était comme ça l'ambiance SIGNE DE PISTE : comme dans les bouquins!

B : Et à Paris, ça se passait comment ?

D : Après la création de l'Association des Amis du Signe de Piste par Foncine et Dalens, nous étions alors dans un appartement avenue des Champs Elysées et on fabriquait le fichier des adhérents à la main sur des fiches cartonnées format A 6 (10x15). Dans ce grand appartement il y avait toutes les collections (les anciennes comme Ruban Noir....) et tous les titres du NSDP éditions de l'EPI. Le soir Jean-Louis Foncine nous emmenait au cinéma et ensuite ça se terminait dans un Hippotamus devant viande rouge et frites. 
Je me rappelle un grand moment, la projection du film de Jean-François Pays adapté du roman du même nom co-écrit avec Jean-Louis Foncine. Dans cette belle histoire magnifiquement tournée, on trouve tout ce qui résume SIGNE DE PISTE : l'amitié, l'entraide, l'aventure, l'espoir dans un monde meilleur, au-delà des différences. 
Ce fut la grande époque !! 
Enfin pour moi.

Puis ensuite j'ai été nommé prof en Côte d'Ivoire (de 1985 à 1991) et j'ai perdu de vue quasiment tout le monde. Devenu proviseur de Lycée, happé par ce boulot très très prenant, j'ai lâché ma vrai vie, celle d'écrivain.... et aussi mes amis ...
Mais SIGNE DE PISTE demeure en moi, les dessins de Joubert, les écrits de Foncine, Dalens et tous les autres font partie de moi.


Daniel VALIANT interviewé par Brigitte son épouse - octobre 2012